Espace Connexion
 
 
Oubli ? | Changer ?
 

> Créer un espace personnel FSM

 
 
 
 
 
 

Veille du 04/09 au 08/09 VEILLE SEMAINE Veille du 21.08 au 25.08

_ NOMINATION _

 

 

- DGOS : Alexis Thomas nommé conseiller établissements de Cécile Courrèges.

Alexis Thomas, ancien directeur de cabinet à la direction générale du CHU d’Angers, a rejoint lundi 28 août 2017 l’avenue Duquesne à Paris comme conseiller établissements auprès de la DGOS, Cécile Courrèges. Son champ d'action couvre aussi bien les structures sanitaires que médico-sociales publiques et privées.

 

 

_ ACTUALITÉS _

 

 

- Agnès Buzyn retient sept objectifs pour la « stratégie de prévention en santé ».

La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a présenté mercredi 30 août 2017 en conseil des ministres une communication relative à « la stratégie de prévention en santé », dans laquelle elle cite sept objectifs principaux et détaille sa méthode de travail.

Les sept principaux objectifs sont :

  • Promouvoir la santé mentale,
  • Prévenir les maladies infectieuses,
  • Améliorer la prévention de la perte d’autonomie,
  • Lutter contre les conduites addictives,
  • Améliorer le dépistage,
  • Promouvoir un environnement et des conditions de travail favorables à la santé,
  • Promouvoir une alimentation saine et de l’activité physique.

L’implication des professionnels de santé dans la prévention sera renforcée dans le cadre d’accords conventionnels et un « comité interministériel pour la santé » sera réuni courant novembre par le Premier ministre, Edouard Philippe.

 

Compte rendu du conseil des ministres

http://www.gouvernement.fr/conseil-des-ministres/2017-08-30/la-strategie-de-prevention-en-sante

 

 

- Vaccination : A partir du 1er janvier 2018, onze vaccins seront obligatoires pour les enfants.

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a indiqué que l'entrée en vigueur de l'extension à onze vaccins obligatoires pour les nourrissons et enfants de moins de deux ans sera effective à compter du 1er janvier prochain. Outre ceux contre la polio, le tétanos et la diphtérie qui sont déjà obligatoires s'ajouteront donc à la liste huit autres vaccins, comme l'avait déjà annoncé cet été Agnès Buzyn : la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l'hépatite B, la bactérie haemophilus influenzae, le pneumocoque et le méningocoque C. Ces derniers ne sont en effet que recommandés à ce jour « Nous laisserons le temps aux familles évidemment de se mettre en ordre de marche », a souligné Agnès Buzyn ». L'idée c'est que les 15% des enfants (non vaccinés) qui mettent en danger les autres et qui favorisent la réémergence d'épidémies pour lesquelles il y a des morts aujourd'hui se mettent en ordre de marche pour protéger le reste de la population ».

 

Communiqué de presse

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/1-communique_de_presse.pdf

 

 

- Emmanuel Macron veut « revoir les grandes politiques publiques » dont celle de la santé.

Le président de la République, Emmanuel Macron, explique dans un entretien paru jeudi 31 août 2017 dans l’hebdomadaire Le Point, qu’il veut « revoir les grandes politiques publiques », dont celle de la santé.

« Pour ce qui est de la santé, nous allons développer une stratégie axée sur la prévention, décloisonner le public et le privé [...] à travers des réformes pour plus d’efficacité et de justice, qui s’étaleront sur deux ou trois ans ».

Le président de la République a également été interrogé sur la baisse du nombre de contrats aidés. Selon lui, ces contrats « ont toute leur utilité, mais, dans ce cas, cela doit entrer dans la dotation des collectivités locales ou dans les subventions aux associations ».

Dans cette interview, Emmanuel Macron détaille aussi la réforme de marché du travail, et évoque parallèlement le « besoin » d’une fiscalité qui « récompense mieux le travail, d’où la baisse des cotisations et, en contrepartie l’augmentation de la CSG ». « La maladie et le chômage ne sont en effet plus des risques personnels sur lesquels on s’assure par la cotisation sur le travail, ce qui était la base du contrat de 1945. Ce sont des risques sociétaux qui justifient la solidarité nationale, [...] il faut donc les financer par l’impôt, la CSG, et non par des cotisations sur le travail », juge-t-il.

A propos d’innovation, il assure que « nous avons dans la Silicon Valley nombre de talents et d’entreprises. Il faut garder le lien, en faire revenir certains. Il faut ensuite un investissement public et privé massif dans ces domaines. La bataille se joue maintenant, elle va transformer l’énergie, la médecine et l’ensemble des activités ».

 

Article paru sur le site de BFMtv

http://www.bfmtv.com/politique/ce-qu-il-faut-retenir-de-l-entretien-d-emmanuel-macron-au-point-1246170.html

 

Retour