Espace Connexion
 
 
Changer/Oubli ?
 

> Créer un espace personnel FSM

 
 
 
 
 
 

Veille du 20.05.2019 au 24.05.2019 VEILLE SEMAINE Veille du 06.05.2019 au 10.05.2019

_ NOMINATIONS _

 

 

- Magali Delhoste nouvelle présidente de l’Unaibode.

L’Union nationale des associations d’infirmiers de bloc opératoire diplômés d’Etat (Unaibode) a élu Magali Delhoste à sa présidence.

Elle succède à Brigitte Ludwig, qui avait fait savoir qu’elle ne se représenterait pas à sa succession, après sept années de présidence.

 

 

- Denis Zmirou nommé président de la commission de la déontologie et des alertes en santé et environnement.

Le chercheur en santé-environnement Denis Zmirou-Navier a été nommé à la présidence de la Commission nationale de la déontologie et des alertes en matière de santé publique et d’environnement, après avoir assuré cette fonction par intérim pendant deux ans.

Il succède à la sénatrice Marie-Christine Blandin, qui a démissionné de son mandat en juillet 2017.

 

Arrêté publié au Journal Officiel

 

 

_ ACTUALITÉS _

 

 

- L’Académie de médecine prend position en faveur du numérique et de l’intelligence artificielle.

L'Académie nationale de médecine estime que la France doit « accroître son effort » pour soutenir le développement de l’IA et du numérique en santé et permettre aux citoyens d'en « profiter au mieux ».

Elle estime que ces avancées technologiques sont « une aide précieuse pour les médecins » afin de mieux les informer et les aider à établir un diagnostic. « La télémédecine et le télédiagnostic doivent être développés » pour améliorer l'efficience des consultations, qualifiant aussi ces pratiques à distance de « solution au problème des déserts médicaux ».

L'académie se prononce également sur le data mining, ou fouille de données. Cette technique analysant au hasard de grands volumes de données permet de mettre en évidence des « corrélations fortuites » qui ne peuvent être considérées comme une preuve de relation de causalité, mais doivent servir à « générer des hypothèses à valider par des études dédiées ».

Parmi les spécialités médicales qui seront impactées par l'IA, l'académie cite l'imagerie, l'anatomo-pathologie, l'ophtalmologie, la dermatologie, la chirurgie, la cardiologie, la psychiatrie, mais aussi la médecine générale.

L'académie insiste aussi sur les efforts à faire sur la formation, qui doit être une « priorité ». Elle évoque la mise en place de « modules spécifiques obligatoires » pour former les médecins à l'usage des nouvelles technologies, le recrutement d'experts de l'IA « aux côtés des enseignants en médecine » et la création d'un « double cursus de formation ».

 

Communiqué de presse

 

 

- Les maisons de santé pluri professionnelles recevront 46,7 millions d’euros de l’assurance maladie au titre de 2018.

Les maisons de santé pluri professionnelles (MSP) vont recevoir 46,7 millions d’euros au titre de 2018, contre 35,8 millions d’euros en 2017 (+30,4%). Cette rémunération sera versée aux 735 MSP adhérentes au 31 décembre 2018 à l'ACI.

La rémunération annuelle est modulée en fonction de 3 types d'indicateurs :

  • « accès aux soins » (horaires d'ouverture, offre diversifiée),
  • « travail en équipe et coordination » (réunions interprofessionnelles, protocoles pluri-professionnels)
  • « système d'information » (équipement, télétransmission, messagerie sécurisée, etc.).

En ne prenant en compte que les MSP rémunérées en 2017 et 2018, « le montant moyen de la rémunération est de 69.664 € en 2018 et 66.145 € en 2017, soit une évolution de 5% ». Plusieurs facteurs expliquent l'augmentation de la rémunération globale, dont la hausse du nombre de patients pris en charge (3,2 millions en 2018 contre 2,4 millions en 2017, +33%) et l’augmentation du nombre des professionnels de santé y exerçant, hors vacataires (13.096 en 2018 contre 9.566 en 2017, +37%).

 

Communiqué de presse

 

 

- Des experts plaident en faveur d’« un plan e-santé » pour lutter contre les addictions.

Le Pr Michel Reynaud et le Dr Jean-Pierre Thierry, respectivement Président et conseiller e-santé du Fonds actions addictions, ont été missionnés par le Président de la Mildeca, Nicolas Prisse, afin de proposer un panorama et une première analyse des bénéfices attendus d’une utilisation de l’e-santé dans la lutte contre les addictions.

Les experts considèrent « indispensable » la définition d’un « plan pour le déploiement progressif et intégré des solutions d’e-santé », et formulent plusieurs recommandations en ce sens, dont la création d’une task force chargée d’inclure les outils numériques dans les programmes publics de lutte contre l’addiction.

Le « plan e-santé » devra encourager le développement de contenus s'adressant aux adolescents et jeunes adultes, définir un cadre pour le développement, la sélection et l'intégration d'applications mobiles dans une bibliothèque d'outils « validés », et développer des plateformes pour la prise en charge médicalisée et la gestion de données nominatives.

Les auteurs du rapport procèdent à une classification des usages e-santé en quatre niveaux, en fonction de la complexité de mise en œuvre des outils numériques et de la nature des informations utilisées. Pour chacun de ces niveaux, les auteurs formulent des « recommandations techniques » et des « recommandations d'actions », comme la définition des besoins en interopérabilité pour alimenter des bases de données régionales et nationales sur l'addiction, ou la certification des applications de prise en charge et de traitement.

 

Rapport « e-santé et addictions »

 

 

- CNSA : la situation des Ehpad en 2017 (rapport).

La CNSA dresse un bilan des Ehpad et de la prise en charge de leurs résidents : description des EHPAD et des résidents, taux d’occupation, taux d’encadrement, coûts salariaux moyens, situation budgétaire des établissements (résultat, déficit, capacité d’autofinancement), coût d’une place, coût global d’un résident pour l’assurance maladie…etc.

La CNSA a recensé 6 992 Ehpad tarifés en 2017, dont 42% sont public, 32% sont privés non lucratifs et 26% sont commerciaux. Elle y observe notamment une très légère amélioration du taux d’encadrement.

 

CNSA, la situation des Ehpad en 2017

 

 

Retour