Espace Connexion
 
 
Changer/Oubli ?
 

> Créer un espace personnel FSM

 
 
 
 
 
 

Veille du 14/02/2015 au 20/02/2015 VEILLE SEMAINE Veille du 31/01/2015 au 06/02/2015

 

 

-REGLEMENTAIRE-

 

- Projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques : les députés ont adopté l’article 42 autorisant les CHU à développer leur offre d’expertise, de conseil et d’appui à l’international en créant notamment des filiales spécialisées.

 

http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/croissance_activite.asp

 

Lire l’article :

http://www.hospimedia.fr/actualite/articles/20150210-economie-l-article-42-de-la-loi-croissance

 

 

- A l’occasion de la présentation du bilan 2014 de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire, a indiqué que le décret relatif aux nouvelles modalités d’information sur les allergènes alimentaires serait publié avant la fin du mois de mars. La réforme qui est entrée en vigueur en décembre 2014, concerne les 14 allergènes les plus courants. Elle vise à les présenter de façon plus visible pour le consommateur.

 

http://www.apmnews.com/story.php?DateV=20150211&numero=256436&ctx=5aa68bf59ea3ac3193f299ef297e9a61

 

-NOMINATIONS-

 

- Pierre Ricordeau, secrétaire général du Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes, a été chargé par Marisol Touraine, du pilotage de la stratégie de santé en outre-mer.

 

-Le Pr Jean-François Meder a été élu Président de la Société Française de Radiologie (SFR). Il succède au Pr Jean-Pierre Pruvo.

 

 

-ACTUALITES-

 

- Plan Cancer 2014-2019 : Le premier rapport du Plan a été remis au Président de la République.

 

Le document est composé de trois parties intitulées :

  • « Guérir plus de personnes malades »
  • « Préserver la qualité et la continuité de vie »
  • « Investir dans la prévention et la recherche »

Un an après la présentation du Plan, la grande majorité des 185 actions programmées ont été lancées et respectent les délais.

Seules les trois actions n’ont pas été entamées :

Préciser en lien avec les professionnels, et sur la base de données de la littérature, les actes de chirurgie oncologique pouvant être réalisées en ambulatoire
Mettre à disposition des indicateurs  d’évaluation de la lutte contre les cancers
Associer la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) aux actions du Plan Cancer

 

Consulter le rapport :

http://www.e-cancer.fr/le-plan-cancer?gclid=CMv9tt793sMCFe_JtAodJ2sAvw

 

 

- L’Observatoire National de la Démographie des Professions de Santé (ONDPS) a publié son rapport 2013-2014. Le rapport présente trois études dont l’objet est d’apporter un éclairage concret à la question de la régulation démographique des professionnels de santé en France.

 

Les thématiques abordées sont les suivantes :

  • Le numerus clausus de quatre professions de santé
  • La situation démographique des chirurgiens-dentistes
  • Le bilan de la filiarisation des Epreuves Classantes Nationales (ECN) intervenue en 2010

Concernant le numerus clausus, sa mise en œuvre est analysée depuis sa création pour les médecins, les pharmaciens, les chirurgiens-dentistes et les sages-femmes.

 

Consulter le rapport 2013-2014 :

http://www.sante.gouv.fr/rapport-2013-2014.html

 

 

- La Cour des comptes a publié son rapport public annuel. Dans le chapitre relatif aux soins palliatifs, la Cour juge insuffisante la prise en charge en soins palliatifs à domicile et en Ehpad. Elle estime que des trois priorités de santé publique déclarées en 2008 (le cancer, la maladie d’Alzheimer et les soins palliatifs), la politique de développement des soins palliatifs apparaît comme celle qui a le moins réussi à remédier aux retards et inégalités constatés.

 

La Cour des comptes formule 6 recommandations pour améliorer la prise en charge en soins palliatifs :

  • Maintenir une politique clairement identifiée de développement des soins palliatifs, soutenue par un plan d’actions spécifique, dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé (SNS)
  • Donner la priorité à la diffusion des prises en charge palliatives à domicile et dans les Ehpad
  • Mettre au service de cet objectif l’accord professionnel en cours de négociation entre l’Assurance Maladie et les différentes professions de santé pour permettre l’intervention à domicile d’équipes pluridisciplinaires
  • Poursuivre le développement des dispositifs d’accompagnement des aidants
  • Cibler plus finement l’élargissement des dispositifs de prise en charge à l’hôpital pour permettre la résorption des disparités territoriales
  • Mettre en place des modalités de financement spécifiques des soins palliatifs au sein des structures hospitalières de moyen et long séjour, afin de favoriser les prises en charge palliatives de longue durée

Consulter le rapport :

https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Rapport-public-annuel-2015

 

 

- L’Office National de la Fin de Vie (ONFV) a publié  un rapport sur le développement de l’HAD dans les soins palliatifs. Présenté par l’ONFV et la FNEHAD ce rapport intitulé « La fin de vie des patients hospitalisés à domicile : HAD, fin de vie et précarité » a été élaboré à partie d’une enquête menée par les deux organismes. Cette enquête a été réalisée entre le 15 mai et le 30 septembre 2014 auprès de Directeurs, de médecins et d’infirmiers coordonnateurs d’HAD. Une grande partie du rapport porte sur les moyens d’améliorer la prise en charge de personnes précaires en fin de vie  par l’hospitalisation à domicile.

 

Lire le rapport :

http://www.onfv.org/remisedurapporthad/

 

 

- Le Ministère de la Santé et le CISS ont lancé une campagne de promotion de la télémédecine à travers notamment la diffusion d’une vidéo pour soutenir la dynamique de déploiement. La vidéo vise à démontrer la valeur ajoutée du recours à la télémédecine vis-à-vis, d’une part, du grand public – usagers et patients – pour valoriser une pratique médicale sécurisée et « humanisée » et, d’autre part, des professionnels de santé – médicaux et non médicaux – pour aider à la connaissance d’initiatives et susciter la création de projets.

 

La vidéo illustre trois modalités de prise en charge :

  • « Télé AVC Artois-Hainaut » (centre hospitalier de Lens)
  • « Le suivi clinique à domicile (SCAD) de patients insuffisants cardiaques » (centre hospitalier universitaire de Caen)
  • « La prise en charge de patients détenus au sein d’une Unité Sanitaire » (hôpitaux de Lannemezan)

Consulter la vidéo :

http://www.leciss.org/t%C3%A9l%C3%A9m%C3%A9decine

 

Lire le communiqué commun de la DGOS et du CISS :

http://www.leciss.org/espace-presse/communiqu%C3%A9s-de-presse/telemedecine-une-campagne-video-pour-informer-le-grand-public

 

 

- L'Institut National du Cancer (INCa), en concertation avec la DGOS, a mis en oeuvre une procédure de labellisation des réseaux nationaux pour la prise en charge des cancers rares de l'adulte. A la suite d'un appel à candidatures, 18 réseaux ont obtenu cette labellisation.

 

Consulter la liste des 18 réseaux labellisés :

http://www.e-cancer.fr/aap/sante-publique-et-soins/rares2014

 

 

- Le Centre Gustave Roussy et le Centre hospitalier Saint-Anne (AP-HP) ont signé un partenariat afin d’optimiser les filières de prise en charge en neuro-oncologie. Ce partenariat vise à mettre en place des filières  de prises en charge complètes en oncologie. Il s’agit de proposer une prise en charge globale pour les patients souffrant d’affections du système nerveux avec des filières structurées et complètes en neuro-oncologie, pour des pathologies vasculaires et en neuropathologie.

 

http://www.apmnews.com/story.php?DateV=20150209&numero=256341&ctx=81244b4728bba18abff273d59e560bbb


-DPC-

 

- Monique Weber, Directrice Générale de l’OGDPC, a déclaré, lors d’un entretien à Hospimedia, que la réforme du DPC serait une « évolution du DPC ». Elle a ajouté : «  On ne peut pas passer à un autre système. Ce sont des aménagements. On reste vraiment dans l’esprit de la loi HPST qui avait mis en place le DPC ».

 

http://www.hospimedia.fr/actualite/interviews/20150205-dr-monique-weber-directeur-definir-plus-specifiquement-les

 

 

- Le Collège de la Médecine Générale (CMG) a réagi vivement à cette interview. Son Président, le Pr Pierre-Louis Druais a déclaré qu’ « aucun consensus » ne se dégage des travaux en cours sur le DPC. Il a précisé que «  le chemin qui est pris ne fait que compliquer un peu plus les choses ». Pour le Président du CMG, les propositions d’évolution du DPC faites par le Ministère de la Santé ne sont pas acceptables.

 

Dans une lettre adressée à Michèle Lenoir-Salfati, sous-Directrice des ressources humaines à la DGOS, il demande notamment à ce que les Conseils Nationaux Professionnels (CNP) soient « les garants du dispositif, tant au niveau de la définition des besoins et des objectifs que de la pertinence scientifique et pédagogique de l’offre de formation ».

 

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/exercice/les-syndicats-de-medecins-liberaux-veulent-la-peau-du-dpc

 

Retour