Espace Connexion
 
 
Changer/Oubli ?
 

> Créer un espace personnel FSM

 
 
 
 
 
 

Veille du 21.01.2019 au 25.01.2019 VEILLE SEMAINE Veille du 07.01.2019 au 11.01.2019

_ REGLEMENTAIRE _

 

 

- L’avant-projet de loi de transformation du système de santé.

L’avant-projet de loi « relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé » doit permettre de traduire plusieurs mesures annoncées dans la stratégie « Ma santé 2022 ».

Le texte comprend pour l’instant 23 articles répartis en cinq titres dont :

  • Décloisonner les parcours de formation et les carrières des professionnels de santé notamment en réformant les études en santé, en renforçant la formation tout au long de la vie et en fluidifiant les carrières entre la ville et l’hôpital pour davantage d’attractivité.
  • Créer un collectif de soins au service des patients et mieux structurer l’offre de soins dans les territoires de manière à promouvoir les projets territoriaux de santé, développer une offre hospitalière de proximité, renforcer la gradation des soins, et renforcer la stratégie et la gouvernance médicales au niveau du GHT.
  • Développer l’ambition numérique en santé principalement en déployant la télémédecine et les télésoins.

 

Avant-projet de loi de transformation du système de santé

 

 

- Établissements de santé : parution de la dernière circulaire budgétaire et de la 2e circulaire FMESPP pour 2018.

L’enveloppe allouée par la dernière circulaire relative à la campagne tarifaire et budgétaire 2018 se décompose en 492 M€ intégrés dans les dotations régionales affectées aux Migac, 112 M€ dans les dotations régionales de l’Ondam, et 95 M€ dans les dotations régionales de l’ODSSR. Elle délègue les 88 M€ de crédits gelés issus des DAF qui concernent les activités de psychiatrie et de SSR du secteur public. Elle comprend notamment une enveloppe de 50 M€ de soutien aux activités de psychiatrie, 113 M€ pour accompagner les établissements de santé dans leurs difficultés de trésorerie, 87,4 M€ pour les aides à l’investissement des projets validés en Copermo, 20,6 M€ pour sécuriser les prêts structurés et près de 74 M€ pour les stages d’étudiants et internes.

S’agissant de la circulaire relative au FMESPP, la majeure partie des 178,6 M€ de la 2e délégation est destinée aux projets d’investissement validés dans le cadre du Copermo. Les autres crédits doivent financer le lactarium national appartenant au CHU de Bordeaux, les aires à poser des hélicoptères (880 000 €) et l’amélioration de la téléphonie des centres antipoison (40 000 €).

 

Circulaire relative à la campagne tarifaire et budgétaire 2018 des établissements de santé

Circulaire relative à la deuxième délégation des crédits du fonds FMESPP au titre de l’année 2018

 

 

_ NOMINATIONS _

 

 

- Clément Lacoin va succéder à Laurent Habert au cabinet d’Agnès Buzyn.

Clément Lacoin, chef de bureau à la DSS va succéder à Laurent Habert, conseiller budgétaire et finances sociales au cabinet de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

 

 

- Nouvelle reconduction de Jean-Paul Vernant à la présidence de l’INTS.

Jean-Paul Vernant, professeur d’hématologie à l’UPMC et à la Pitié-Salpêtrière, a été reconduit par arrêté de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, à la présidence de l’INTS.

 

Arrêté publié au Journal Officiel

 

 

- Anne Geffroy-Wernet élue présidente du SNPHAR-E.

Anne Geffroy-Wernet, anesthésiste-réanimatrice au CH de Perpignan, a été élue présidente du SNPHAR-E à l’issue de l’assemblée générale de l’organisation, qui a renouvelé la moitié de son conseil d’administration.

Anciennement vice-présidente du SNPHAR-E, Anne Geffroy Wernet succède à la présidente à Michel Dru, qui a occupé ce poste pendant deux ans et reste administrateur.

 

Communiqué de presse

 

 

_ ACTUALITES _

 

 

- Une liste des perturbateurs endocriniens prévue pour 2021 dans le cadre de la nouvelle stratégie nationale.

Les ministres chargés de la santé et de la transition écologique, Agnès Buzyn et François de Rugy, ont présenté les principales mesures de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens (SNPE2) 2019-2022, parmi lesquelles la constitution par l’Anses d’une liste des substances pouvant présenter des propriétés perturbatrices endocriniennes, d’ici à fin 2021.

Pour les pouvoirs publics, l’objectif de cette nouvelle stratégie nationale est triple :

  • protéger la population, former et informer ;
  • prévenir l’imprégnation de l’environnement ;
  • améliorer la connaissance sur les perturbateurs endocriniens.

Ce plan d’action, bâti sur 13 mesures phares, est dans la continuité de la première SNPE, adoptée en avril 2014.

Les principales mesures prévues sont les suivantes :

  • mener une campagne de communication grand public et créer un site internet de référence ;
  • développer la formation des professionnels de santé et des agents des collectivités territoriales ;
  • protéger l'environnement ;
  • réaliser des analyses exploratoires sur des produits de grande consommation destinés à des populations sensibles en y recherchant des substances non réglementées présentant des propriétés de perturbateurs endocriniens avérées ;
  • mesurer l’imprégnation des différents milieux (air, eau, sol) et centraliser les données sur une plateforme dédiée ;
  • renforcer la connaissance de l’exposition à ces substances via l’alimentation ;
  • susciter des engagements volontaires des industriels et des distributeurs ;
  • assurer une coordination pour soutenir la recherche et l’innovation ;
  • élargir la surveillance à d’autres pathologies

Les objectifs stratégiques de la SNPE2

Plan d’action de la SNPE2

Synthèse des 13 mesures phares de la SNPE2

 

 

- Officine : la profession livre sa feuille de route pour une démarche qualité.

Les représentants des officinaux et des étudiants en pharmacie ont remis à Agnès Buzyn leurs propositions en vue du déploiement d’une démarche qualité en officine.

Les objectifs de cette démarche sont de :

  • Réaffirmer la sécurité du patient au cœur des préoccupations de la profession, en renforçant la confiance accordée aux pharmaciens,
  • Soutenir le développement de nouvelles missions en officine dans le cadre des réformes de transformation du système de santé initiées par les pouvoirs publics.

Un Collectif qualité, composé de représentants de la profession et des étudiants, organisé sous l’égide de l’Ordre, a été mis en place afin de définir les éléments clés de cette démarche qualité.

Six axes de travail ont été proposés à la ministre :

  • Mettre en place une instance nationale en charge de la qualité à l’officine
  • Etablir un référentiel qualité pour l’ensemble de la profession
  • Déployer la démarche qualité au sein de la profession officinale et sur tout le territoire
  • Développer des outils numériques en accès libre au service de la profession
  • Etablir un dispositif progressif d’accompagnement et d’évaluation de la profession
  • Soutenir financièrement l’effort de la profession

 

Feuille de route - déploiement d'une démarche qualité à l'officine

 

 

- Doctolib déploie officiellement son service de téléconsultation.

Annoncé fin septembre 2018, le service de téléconsultation conçu par le spécialiste de la prise de rendez-vous médical en ligne, Doctolib, est officiellement lancé.

Ce service est aujourd'hui ouvert auprès de 600 praticiens qui recourent aux services de la plateforme.

La téléconsultation ne sera proposée qu’aux patients déjà connus des praticiens, qui les auront vus dans les 12 derniers mois en consultation présentielle et après être passés par le médecin traitant.

D’après une étude interne réalisée auprès de plus de 1 800 médecins, la téléconsultation offre 3 avantages aux médecins :

  • Apporter un nouveau service à leurs patients : la téléconsultation permet à ces derniers d’accéder plus facilement à une consultation et d’éviter un déplacement. Le suivi des patients est par ailleurs renforcé et simplifié pour les médecins.
  • Développer leur activité de consultation selon leurs besoins, en ouvrant des créneaux supplémentaires dédiés à la téléconsultation ou en transformant des demandes médicales aujourd'hui réalisées par e-mails ou SMS en téléconsultations sécurisées.
  • Gagner en confort et en flexibilité dans leur pratique avec la possibilité de consulter où et quand ils le souhaitent.

Pour les patients, la téléconsultation présenterait deux avantages principaux : l’accès plus rapide et facilité à une consultation chez leur médecin, et un gain de temps leur évitant de se déplacer pour certains rendez-vous médicaux.

 

Communiqué de presse de Doctolib

 

 

 

Retour